Culture Shock – Julie Dotsch

This article is also available in French.

 

Culture shock is a reaction to the many changes involved in exposure to a new culture. Children exhibit culture shock in various ways, from physical and emotional signs to cognitive and social indicators. For details, see the resource sheet “Culture Shock: Signs and Support Strategies”. Children born in Canada may still experience culture shock because they first encounter a different culture when they enter the childcare program. If they also experience a new language for the first time, the shock is often greater. A common misconception is that children adapt easily to a new language and culture. In fact, children usually have a more difficult time than adults because

  • they do not have strong coping mechanisms for stress;
  • their feelings of security come from their family who are behaving differently because of their own culture shock;
  • they experience things physically and so huge physical changes have a stronger effect on them (e.g., heavier clothing for winter, different foods, strange bed).

The Connection between Separation Anxiety and Culture Shock

One of the signs of culture shock is extreme separation anxiety. The impact of not having a gradual separation from the parent is therefore stronger (e.g., the child more frequently builds mistrust, the bonding with the parent is more readily weakened and the likelihood of having difficulty forming relationships is heightened). To reduce culture shock, the first step must be to have a gradual separation from the parent with a consistent caregiver.

Signs of Culture Shock

Physically a child experiencing culture shock may be frequently ill, may appear listless or may be extremely active. They may not be able to control their emotions. Many children are also unable to be involved in play, or their play patterns and social interest may be quite limited. Children’s self esteem may be weak and their home language skills may regress or disappear. The child may have difficulty focusing and listening even in their home language. Not all children suffer from culture shock, however, and the intensity of the symptoms will vary greatly.

Factors Influencing Cultural Adaptation and Strategies

Cultural Adaptation of Family Members

If a parent is depressed, anxious, feeling isolated or is also experiencing culture shock, the child may feel they have lost their anchor. The parent may be distant or tearful. Their language may change to English or become more directing. By gradually building trusting relationships, you can help parents become more connected to their children. You can also introduce families to each other to help build their social support networks.

Child’s Identity

Newcomer children can lose their sense of identity when the family switches the language used at home; when signs of their culture are less evident; or when dress, rituals and exposure to others from their culture is reduced. If the parent becomes less playful because of culture shock, the child may again become confused. Educators can support children’s identity by using the child’s correct name in songs and conversations and learning key words or phrases in the child’s first language. The family is an excellent resource for sharing songs, stories, rituals and materials from their culture. Including various cultural or family practices in your program also shows respect and builds in familiarity for the child.

Child’s Functioning

Children often experience difficulties eating and sleeping during separation, as well as during the early stages of culture shock. Unknowingly, families may initiate changes like weaning from the breast, bottle or soother; potty training; or requiring children to sleep on their own. It is advisable to ask parents to hold off on making those changes while the child is settling. To make children more comfortable, educators can get suggestions from families on favourite foods, how the child is accustomed to falling asleep, etc.

Stages of Culture Shock

Children arrive in the childcare program in various stages of culture shock. Their previous experience in group care, their knowledge of English, the family’s ability to support them and the gentleness and understanding of the caregivers will all make a difference when it comes to the impact of culture shock. In some cases, the symptoms may last years while in others it may be only months.

In the early stages of intense culture shock the child might be unable to tolerate eye contact, may be terrified of strangers and could have extreme separation anxiety reactions (e.g., vomiting, flailing). Some children may be rigid and uninterested in their surroundings, appearing almost catatonic. With appropriate supports, children may be able to tolerate separation yet still be unable to play. They may observe, daydream or lack focus for long periods of time. Many children have a lot of anger during this time and may unexpectedly lash out at other children or objects. Some children may reject everything unknown or will be able to gradually tolerate a situation only to regress when something is changed (e.g., their educator is absent or another family member brings them to the program).

As children’s shock decreases they are better able to listen and process information. They begin to become curious again and try to understand some words in the new language. The symptoms of culture shock may seem to fully disappear until an unknown trigger sets everything backwards. This is usually temporary and happens most frequently when the child is ill or lacking sleep. Older children have different symptoms such as rejection of the new or home culture and language and extreme anger about being uprooted.


Julie Dotsch is an ECE Diversity consultant for her company One World. She is well known in the community for her interactive workshops and her specialized knowledge of immigrant preschoolers and their families. Julie can be contacted at oneworld@sympatico.ca.

 

 



Le choc culturel

Par Julie Dotsch
Le choc culturel est une réaction aux nombreux changements qui sont provoqués par l’exposition à une nouvelle culture. Chez les enfants, le choc culturel se manifeste de différentes façons : parfois par des signes physiques ou affectifs, et parfois par des signes cognitifs et sociaux. Pour obtenir plus de détails à ce sujet, veuillez lire le feuillet intitulé « Le choc culturel : Signes et stratégies de soutien ». Même les enfants nés au Canada peuvent éprouver un choc culturel si leur premier contact avec une culture différente se fait lorsqu’ils arrivent au programme de garde d’enfants. S’ils sont en contact avec une nouvelle langue pour la première fois, leur choc est parfois encore plus grand. Il est faux de croire que les enfants s’adaptent facilement à une nouvelle langue et une nouvelle culture. En réalité, les enfants ont habituellement plus de difficulté que les adultes pour les raisons suivantes :

  • leurs mécanismes d’adaptation au stress ne sont pas aussi solides;
  • leur sentiment de sécurité provient de leur famille, et celle-ci se comporte différemment parce qu’elle-même est en état de choc culturel;
  • ils ressentent les choses physiquement, si bien que des changements physiques énormes ont un effet plus grand sur eux (p. ex., des vêtements plus chauds à porter en hiver, différents aliments, un lit peu familier).

Le lien entre l’angoisse de séparation et le choc culturel

Un des signes de choc culturel est l’angoisse de séparation extrême. Lorsque l’enfant n’apprend pas à se séparer de son parent graduellement, l’angoisse de séparation est plus forte (p. ex., l’enfant est très méfiant, son lien avec le parent est affaibli et il a plus de difficultés à nouer des liens). Pour réduire le choc culturel, il faut tout d’abord procéder graduellement à la séparation du parent, avec l’aide de la même personne.

Signes de choc culturel

Un enfant en état de choc culturel peut être souvent malade, agité ou extrêmement actif. Il est possible qu’il ne puisse pas contrôler ses émotions. Beaucoup d’enfants sont également incapables de jouer, ou leurs façons de jouer et leur intérêt social sont limités. Certains enfants ont une faible estime d’eux-mêmes et leur capacité à parler leur langue maternelle peut régresser ou disparaître. Un enfant sous le choc culturel a parfois de la difficulté à se concentrer et à écouter, même dans sa langue maternelle. Ce ne sont pas tous les enfants qui souffrent de choc culturel. L’intensité des symptômes varie beaucoup.

Facteurs agissant sur l’adaptation culturelle et stratégies

Adaptation culturelle des membres de la famille
Si un parent est déprimé ou anxieux, ou s’il se sent isolé ou sous l’effet du choc culturel, l’enfant peut sentir qu’il a perdu son point d’attache. Il est possible que le parent soit distant ou qu’il ait tendance à pleurer facilement. Sa langue peut être remplacée par le français ou devenir plus autoritaire. En établissant graduellement des liens de confiance, vous aidez les parents à garder un contact plus solide avec leur enfant. Vous pouvez aussi présenter les familles les unes aux autres pour les aider à établir un réseau de soutien social.

Identité des enfants
Les enfants nouveaux arrivants peuvent perdre leur sens de l’identité lorsque leur famille ne parle plus la même langue à la maison, lorsque les signes de leur culture sont moins évidents ou lorsque l’habillement, les rituels et l’exposition des autres à leur culture diminuent. Si un parent est moins enjoué parce qu’il est sous l’effet du choc culturel, la situation porte facilement à confusion pour l’enfant. Les éducateurs peuvent renforcer l’identité des enfants en appelant chaque enfant par son nom correct dans des chansons et des conversations, et en apprenant des mots clés ou des expressions dans la langue maternelle de l’enfant. La famille est une excellente ressource pour apprendre des chansons, des histoires, des rituels et du matériel de sa culture. Lorsque vous intégrez plusieurs pratiques culturelles et familiales dans votre programme, vous manifestez du respect pour l’enfant et vous maintenant son lien avec ce qui lui est familier.

Fonctionnement de l’enfant
Très souvent, les enfants ont de la difficulté à manger et à dormir lorsqu’ils sont séparés de leurs parents et au cours des premières étapes du choc culturel. Il arrive que les familles commencent certains changements sans s’en rendre compte, comme le sevrage de l’allaitement maternel, du biberon ou de la sucette; l’entraînement à la propreté; ou laisser les enfants dormir seuls. Il est conseillé de demander aux parents d’attendre de faire ces changements jusqu’à ce que l’enfant se sente établi. Pour donner plus de confort aux enfants, les éducatrices peuvent demander aux familles quels sont les aliments préférés de leur enfant, comment il est habitué de s’endormir, et ainsi de suite.

Étapes du choc culturel

Lorsqu’ils arrivent au programme de garde d’enfants, les enfants sont à diverses étapes du choc culturel. Leur expérience précédente dans des services de garde d’enfants en groupe, leur connaissance du français, la capacité de la famille de les aider et la gentillesse et la compréhension du personnel sont autant de facteurs qui font toute la différence pour atténuer l’impact du choc culturel. Chez certains enfants, les symptômes peuvent durer des années, et chez d’autres, seulement quelques mois.

Dans les premières étapes d’un choc culturel intense, il est possible que l’enfant soit incapable de tolérer le contact visuel, qu’il soit terrifié par les étrangers et qu’il ait des réactions extrêmes d’angoisse de séparation (p. ex., vomissement, agitation extrême). Certains enfants sont rigides, complètement désintéressés par ce qui les entoure, et d’une apparence presque catatonique. Avec les soutiens convenables, les enfants sont capables de tolérer la séparation mais pourraient être incapables de jouer. Ils peuvent passer de longues périodes à observer, à rêvasser ou à n’avoir aucune concentration. Certains enfants dans cet état ont beaucoup de colère et peuvent s’en prendre soudainement à d’autres enfants ou à des objets. D’autres rejettent tout ce qui leur est inconnu, peuvent quand même graduellement tolérer une situation, mais régressent aussitôt que quelque chose change (p. ex., leur éducatrice est absente ou un autre membre de leur famille les emmène au programme).

À mesure que le choc culturel diminue, les enfants sont plus capables d’écouter et de traiter l’information. Leur curiosité revient et ils essaient de comprendre certains mots dans leur nouvelle langue. Dans certains cas, les symptômes du choc culturel semblent disparaître complètement, jusqu’à ce qu’un déclencheur inconnu les fasse régresser. Ce genre de situation est habituellement temporaire et se produit le plus souvent lorsqu’un enfant est malade ou qu’il manque de sommeil. Les symptômes du choc culturel se manifestent différemment chez les enfants plus grands : ils peuvent, par exemple, rejeter la culture et la langue d’accueil ou leur culture et leur langue maternelle, ou ressentir une colère extrême pour avoir été retirés de leur milieu.


Julie Dotsch est conseillère sur la diversité en éducation de la petite enfance dans son entreprise One World. Elle est bien connue dans la communauté pour ses ateliers interactifs et ses connais•sances spécialisées sur les enfants immigrants d’âge préscolaire et leur famille. On peut communi•quer avec elle par courriel à oneworld@sympatico.ca

Share this...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone